En poursuivant votre navigation sur l'un des sites de Mwesto Labs, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt, vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites cliquez ici
appi monkey

Blog

Les réseaux sociaux vont-ils sauver l'économie du sport ?

Les réseaux sociaux vont-ils sauver l'économie du sport ?

Alors que les compétitions sont à l'arrêt, les sportifs professionnels sont plus que jamais présents sur les réseaux sociaux. Au delà de maintenir le lien avec les fans, il s'agit pour eux de continuer à assurer la visibilité des #sponsors qui souffrent du #confinement imposé par la crise du Covid-19.

Ce moyen de communication, qui limite les intermédiaires, prends de plus en plus de place dans l'industrie du sport. « L'écosystème a très bien compris que, via les réseaux sociaux, les sportifs étaient devenus des médias à part entière.Ils n’ont plus ou peu besoin de s’embarrasser des médias classiques », estime Damien Van Achter, ancien responsable des réseaux sociaux à la RTBF, sur ce même média.

Toutefois, qu’ils soient présents ou non sur les réseaux, les partenaires commerciaux sortiront particulièrement affaiblis de la crise sanitaire. Au mieux, les réseaux sociaux limiteront les pertes financières des sponsors.

Les limites du modèle économique sportif

D'après la firme GlobalData, le nombre de nouveaux accords de parrainage annoncés au premier trimestre de 2020 avait diminué de 26%, par rapport à l'année précédente.
 
Le manque de visibilité sur les performances des campagnes d'affichage, aux abords des stades ou sur les maillots des joueurs, marquait déjà l'essoufflement du marketing sportif traditionnel et le besoin de s'adapter aux nouvelles technologies digitales.
(source du graphique : Étude de PwC sur l’industrie du sport – Édition 2019)
 
Par ailleurs restés discrets depuis le début de la crise, les sponsors historiques sont dans l'incertitude la plus totale. Heureusement, hormis certains, ils n'ont pas renoncé à assumer leurs engagements. Mais une question les taraude : "payer, c'est bien, mais pour obtenir quoi en retour" ?
 
Avec la perspective de jouer les compétitions à huis-clos, la crise sanitaire met davantage en évidence le besoin pour l'écosystème sportif de définir une stratégie marketing innovante, afin de diversifier les sources de revenus. Plus que jamais, les détenteurs de droits ont l'obligation de prouver la valeur du marketing sportif à leurs sponsors, pour justifier la rentabilité de ces investissements.


Un cercle vicieux

Témoin de la gravité de la crise dans l'écosystème, la ministre française des Sports, Roxana Maracineanu, a tenu à réunir une quinzaine de grandes marques partenaires de longue date du sport français (FDJ, RATP, Sodebo, BNP Paribas, Accor, Lidl, Intermarché...) pour faire le point sur la situation.

Il faut effectivement questionner le modèle économique du sport, trop dépendant des recettes médiatiques. Plus de 90% des revenus de l'écosystème provient de la vente des droits médias aux annonceurs et aux diffuseurs. Ce modèle tenait la route, tant que les sponsors étaient prêts à payer le prix fort pour obtenir cet espace médiatique. Ce n'est plus vrai avec la crise sanitaire. Les sponsors remettent en question leurs investissements et, donc, l'ensemble de l'économie du sport. Ceci entraîne un véritable effet boule de neige. Sans visibilité sur la reprise des championnats et sans une approche marketing capable de mesurer le retour sur investissement des sponsors, la valeur des droits médiatiques (déjà difficile à négocier) va diminuer encore. Et avec eux, les revenus des ligues et des clubs professionnels, leur modèle économique reposant majoritairement sur le sponsoring.
 
Pour éviter cette spirale déflationniste et équilibrer les échanges, les détenteurs de droits doivent diversifier leur modèle économique pour intégrer de nouvelles sources de revenus. Outre les droits médiatiques, ils doivent impérativement monétiser l'ensemble des ressources qu'ils détiennent : capter la data des communautés de fans de sport et valoriser l'engagement des fans envers les joueurs, auprès des sponsors.


Retour

Blog

AppiMonkey E-Sport Tournament #1

AppiMonkey E-Sport Tournament #1

Ce dernier week-end d’août, l’application AppiMonkey et la structure d&rsqu...

voir plus de détails
La rentrée 2020, synonyme de nombreux changements pour AppiMonkey

La rentrée 2020, synonyme de nombreux changements pour AppiMonkey

Comme pour bon nombre d’entreprises, cet été représente une p&e...

voir plus de détails
En quoi notre modèle économique modifie-t-il l’écosystème du Live Sports & Entertainment ?

En quoi notre modèle économique modifie-t-il l’écosystème du Live Sports & Entertainment ?

AppiMonkey, sous ses airs de Social Gaming Platform, propose une véritable...

voir plus de détails

Inscrivez vous à notre Newsletter !